1/7

AVANT-PROPOS

 

Se faire poser une prothèse est une décision difficile à prendre.

Ce site est conçu pour répondre à la plupart des questions que vous pouvez vous poser.

Il ne remplace en aucun cas une consultation médicale.

Généralités sur les prothèses articulaires //

Les indications des prothèses articulaires :

Les prothèses articulaires sont proposées pour remplacer les articulations détruites quand le traitement médical et les infiltrations ne sont plus efficaces pour soulager les patients.

Les causes de destruction articulaire :

Les causes les plus fréquentes de destruction articulaire chez les sujets d'âge mûr sont l'arthrose, la nécrose articulaire, les rhumatismes articulaires, les fractures articulaires non réparables, et les métastases osseuses qui atteignent les articulations.

Le traitement chirurgical des destructions articulaires :

Quand une articulation est détruite, le traitement chirurgical n'est jamais urgent.

 

La chirurgie est proposée lorsque le traitement médical n'est pas suffisant pour soulager les patients.

La chirurgie conservatrice est proposée principalement chez les jeunes pour réaxer des articulations déviées, notamment pour les jambes arquées ou en "X". Quand l'articulation est détruite, la prothèse a pour but de soulager la douleur ou de la supprimer, en conservant la mobilité et la stabilité, alors que l'arthrodèse peut soulager la douleur et donner la stabilité, mais supprime la mobilité.

La résection arthroplastie peut également soulager la douleur en gardant une certaine mobilité.

Pour les grosses articulations, la hanche, le genou, les épaules et les coudes, le traitement par arthrodèse ou par résection arthroplastie n'est pas proposé en France, sauf échec des prothèses articulaires.

Pour la destruction des disques intervertébraux, de l'articulation de la cheville et du pied, actuellement l'arthrodèse est plus souvent proposée que la prothèse.

Pour l'articulation de la base du pouce, la résection arthroplastie est plus pratiquée que la prothèse.

Pour l'articulation du poignet, l'arthrodèse et la résection arthroplastie sont plus proposées que la prothèse.

Vidéo //

Prothèse articulaire

Membre de l'Association Américaine des Chirurgiens de la Hanche et du Genou

Docteur de l’Université de Paris

Ancien Chirurgien des Hôpitaux

Ancien Assistant Spécialiste des Hôpitaux

Attaché à l’Hôpital Raymond Poincaré de Garches

Membre de la Société et du Collège Français et Américain de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique

Membre de la Société Française d’Arthroscopie

Les types de prothèses //
 

Les prothèses peuvent remplacer la totalité de l'articulation, on parle alors de prothèse totale, ou seulement une partie de l'articulation, on parle alors de prothèse partielle.

Les prothèses peuvent être fixées à l'os avec du ciment, on parle alors de prothèse cimentée, ou leur logement est ajusté et les prothèses sont impactées à l'os et parfois la fixation est augmentée par des vis, on parle alors de prothèse sans ciment.

Les prothèses peuvent être faites en un seul fragment, les prothèses monobloc, ou des plusieurs fragments qui s'emboîtent, les prothèses modulaires.

Les surfaces de glissement peuvent être uniques ou multiples. Dans le cas de surfaces multiples, on parle de prothèse à double mobilité pour la hanche et la base du pouce, ou de prothèse à plateau mobile pour le genou et la cheville.

Les prothèses peuvent remplacer uniquement les surfaces articulaires et confier la stabilité aux ligaments naturels, ce sont des prothèses à glissement. Elles peuvent contenir un mécanisme de stabilisation, ce sont des prothèses contraintes. Cette stabilisation peut aller à l'extrême jusqu'à une réunion des deux parties de l'articulation par une charnière, ce sont des prothèses à charnière, comme certaines prothèses du genou et du coude.

Le couple de frottement le plus utilisé est le métal/polyéthylène. La céramique d'alumine est essentiellement utilisée dans les prothèses de la hanche.

1/6
Les complications des prothèses articulaires //

Bien qu'elles soient peu fréquentes, elles peuvent être graves.

L'infection est une complication redoutable, qui nécessite toujours une ou plusieurs interventions chirurgicales, ainsi qu'un traitement antibiotique prolongé.

Les complications thrombo-emboliques sont beaucoup moins fréquentes depuis la prévention systématique.

Les complications mécaniques qui sont la luxation, l'usure et le descellement, peuvent necéssiter le changent de la prothèse.

Les complications neurovasculaires peuvent également nécessiter une autre intervention, et parfois laisser des séquelles.

Astuces pour choisir le moment de l'intervention //

- Ce n'est jamais urgent

- Prévoir les bonnes questions

​- Préparer l'opération

​- Explorer les alternatives

 

Seul le patient mesure l'importance de la gêne ressentie et de la demande fonctionnelle. Le rapport bénéfice/risque est discuté avec le chirurgien. La décision chirurgicale est prise en concertation avec le médecin traitant et le rhumatologue.